Waterzooi à la Gantoise

http://thullie.over-blog.com/2016/03/waterzooi-a-la-gantoise.html

 

 

ublié le par Mamita

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment résister à cette spécialité belge ?

Le waterzooi à l’origine était uniquement un plat de poisson d’eau douce cuit dans de l’eau (water) dans la région de Gand en Flandre Orientale.  Ensuite il a évolué et on trouve la version avec du poulet et celle avec des poissons de la mer du Nord.

 

Ingrédients pour 4 personnes

4 cuisses de poulet avec dos

un oignon

400 gr de carottes

une branche de céleri

3 poireaux

8 petites pommes de terre à chair ferme (genre Charlotte)

1 jaune d’œuf

le jus d’un citron

un peu de crème fraîche

4 clous de girofle, thym, laurier, sel, poivre

Mettre le poulet, un oignon piqué des clous de girofle, deux carottes, le céleri , le vert des poireaux, le thym et le laurier dans un faitout et couvrir d’eau froide. Saler et poivrer légèrement et porter à ébullition pendant une heure.

Ensuite, réserver le poulet, filtrer le bouillon et remettre dans la casserole avec les pommes de terre, faire bouillir doucement pendant dix minutes puis ajouter le reste des carottes et poireaux coupés en julienne et laisser encore frémir pendant 15 minutes. Vérifier la cuisson des pommes de terre et rectifier l’assaisonnement. Prélever deux belles louches de bouillon, y ajouter le jus de citron, un trait de crème fraîche et hors du feu le jaune d’œuf. Dresser le poulet et les légumes dans les assiettes et napper de la sauce.

Bon appétit !

Conseil : servir ce plat dans une assiette creuse

 

dans le Cookéo :

 

Mettre le poulet et les ingrédients comme plus haut dans la cuve et passer en mode cuisson rapide pendant une demi-heure.

Ensuite, remettre le poulet avec les pommes de terre et les carottes et poireaux, rajouter deux verres de bouillon filtré et remettre en cuisson rapide pendant 8 minutes.

En mode maintien au chaud, ajouter la crème fraîche, le jus de citron et le jaune d’oeuf et bon appétit !

Print Friendly, PDF & Email

Et si on en parlait ?